Portraits de champignons

Au fil des ans, le bulletin de liaison du Cercle, Le Mycologue, a publié un certain nombre de portraits de champignons, que nous vous offrons sur ce site. Ils ont tous été mis au point par le conseiller scientifique du Cercle, M. Yves Lamoureux.

Mis à part quelques clichés pris en nature par Jean Després, les photos sont tirées du fungarium du Cercle.

  • L’Amanite à grand voile

    L’Amanite à grand voile est une espèce semblable à l’Amanite vireuse. Elle possède une volve membraneuse et un anneau dans le haut du pied. Toutes ses parties sont blanches chez les spécimens jeunes et frais. La signification de son nom scientifique est incertaine. Selon le Dictionnaire historique de la langue française (Robert), le mot Amanita viendrait du nom du mont Continuer à lire...

    En savoir plus

  • L’Amanite de Jackson

    = A. umbonata Pomerleau = A. hemibapha ss. auct. amer. = A. caesarea ss. auct. amer. p. p. Il y a quelques années, le Cercle des mycologues de Montréal adoptait un des plus beaux champignons du Québec comme emblème, l’Amanite de Jackson, et en imprimait l’aquarelle de son ami peintre-maturaliste H. C. Jackson, en l’honneur de qui René Pomerleau a Continuer à lire...

    En savoir plus

  • L’Amanite fausse-brunnescens

    Il y a quelques années, deux mycophiles dynamiques du club de Québec, Serge Audet et Roland Labbé, portèrent à mon attention une amanite de grande taille qu’ils ne connaissaient pas. Cela eut lieu lors d’un week-end mycologique organisé par le Cercle des mycologues amateurs de Québec, près de St-Gabriel-de-Valcartier. Il s’agissait d’une amanite inconnue que je baptisé plus tars, à Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Bolet à tubes détachés

    Au début du mois d’août, c’est le temps des bolets. Ceux et celles qui parcourent les chênaies peuvent y découvrir des champignons peu communs au Québec. Parmi ceux-ci, le Bolet à tubes détachés est une des plus belles espèces. On le reconnaît à son chapeau lilas ou pourpré au début, ses pores petits et ronds, blancs, puis jaunissant avec l’âge, Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Bolet à pores sanguins

    Le Bolet à pores sanguins est un champignon de bonne taille. Poussant même par temps sec, on le trouve avec le chêne rouge. Son chapeau est pourpre-rose, finement fibrilleux et son pied est jaune, pourpre rosé à la base. Ses pores sont rouge sang – d’où son nom – et bleuissent instantanément au toucher. On le distingue des autres bolets Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Bolet bicolore

    Un des plus beaux bolets de notre flore est le Bolet bicolore (Boletus bicolor). Ce dernier est un champignon répandu dans l’est de l’Amérique du Nord. On le rencontre assez fréquemment au sud du Québec dans les forêts de feuillus. C’est une espèce mycorhizienne qui croît sous les hêtres et les chênes, aussi bien sur les sols sablonneux que sur Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Bolet de Russell

    Quelle rencontre inattendue que celle du Bolet de Russell ! Jusqu’à juillet dernier, on ne connaissait personne qui l’ait vue lors de la dernière décennie. Jean Després et moi avons alors fait l’heureuse trouvaille de cette remarquable espèce dans la région de Rawdon, à l’endroit même où elle avait été récoltée il y a une quinzaine d’années. Le Bolet de Continuer à lire...

    En savoir plus

  • La Chanterelle commune

    La Chanterelle commune est un champignon des plus connus. Sa présence en abondance sur plusieurs continents et ses qualités gustatives sont certainement les deux facteurs qui l’ont rendue célèbre. Son nom scientifique, Cantharellus cibarius , signifie «petite coupe» (Cantharellus ) et «relatif à la nourriture» (cibarius ). La Chanterelle commune possède plusieurs noms vernaculaires dont le plus utilisé dans la Continuer à lire...

    En savoir plus

  • La Collybie à pied velouté

    Vers la mi-mai, lorsque l’on visite les ormes morts encore debout, on découvre parfois assez haut sur les arbres, de belles touffes de champignons à lames: c’est la Collybie à pied velouté. On la reconnaît par son chapeau visqueux, de couleur caramel, ses lames toujours blanches, son pied finement velouté, concolore au chapeau au début et devenant brun-noir à maturité, Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Cortinaire à odeur de poire

    Le Cortinaire à odeur de poire est un champignon assez bien connu. Son nom scientifique, Cortinarius traganus , signifie « avec un rideau » (Cortinarius) et « des boucs » (traganus). Il ne fait pas de doute que le « rideau » désigne ici la cortine, ce mince voile filamenteux qui recouvre les lames des Cortinaires dans leur jeune âge. Quant aux « boucs », il semble que Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Cortnaire inopiné

    Inopiné, en effet… jugez-en par vous-même : le 16 juin 2002, Jean Després arpentait une forêt dans la région de Chertsey. Il était tombé 10 cm de neige à cet endroit deux semaines auparavant, de quoi faire quelques trouvailles inattendues. À l’orée d’un bois mêlé de bouleaux, de pruches et de sapins, Jean trouve d’abord un beau Gyromitre bien frais. Un Continuer à lire...

    En savoir plus

  • L’Entolome abortif

    La plupart d’entre vous connaissez probablement le champignon communément appelé l’«Entolome avorté». Il s’agit d’un champignon à lames, à sporée rose, qui fructifie très souvent accompagné de carpophores difformes, plus ou moins arrondis ou en forme de cerveau, de couleur blanchâtre, dont l’intérieur dégage une forte odeur de farine mouillée ou de concombre.  Depuis une vingtaine d’années, on sait qu’il Continuer à lire...

    En savoir plus

  • La Galérine automnale

    La Galérine automnale est un champignon commun partout dans le sud du Québec. C’est une espèce saprophyte qui croît sur le bois de feuillus en décomposition. Même si on peut la définir comme un PCB (petit champignon brun), son abondance et sa toxicité méritent l’attention. Son nom scientifique, Galerina autumnalis, signifie « petit bonnet automnal », ce qui lui convient d’ailleurs très Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Gyromitre commun

    Le Gyromitre commun est un champignon printanier commun dans le sud du Québec. C’est un décomposeur qui croit en terrain sablonneux, dégagé, surtout sous le pin blanc et dans les bois en friche dominés par les bouleaux et les peupliers. Il pousse presque partout en Amérique du Nord. Il croît aussi assez communément dans de nombreux pays d’Europe. Son nom Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Lactaire couleur de suie

    Les lactaires sont des champignons facilement reconnaissables par le lait qui s’écoule de leur chair à la coupe. Parmi les espèces de ce genre qui sont communes au Québec, le Lactaire couleur de suie mérite l’attention. C’est une espèce mycorhizienne qui croît sous les épinettes et les sapins, en milieu humide, souvent aux abords des tourbières. Elle est répandue un Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Lactaire hygrophore

    Le Lactaire hygrophore est un des plus beaux champignons des forêts décidues du Québec. On le trouve surtout dans la vallée du Saint-Laurent, où il croît au sol dans les bois de chênes, de hêtres et de caryers. Il fructifie de la fin juillet à la mi-septembre; c’est généralement vers la mi-août que nos chances de le rencontrer sont les Continuer à lire...

    En savoir plus

  • La Lépiote à spores roses

    On trouve parfois dans la région de Montréal une grande lépiote semblable à la Lépiote élevée. Un fait surprenant est la couleur de sa sporée : elle est rose! En effet, on caractérise généralement les lépiotes par leur sporée blanche, leur chapeau écailleux, leurs lames libres du pied, l’absence d’un voile général et la présence d’un voile partiel qui laisse souvent Continuer à lire...

    En savoir plus

  • La Nolanie printanière

    La Nolanie printanière est un des rares champignons à lames que l’on puisse rencontrer dès la mi-avril, alors que les mycophiles attendent patiemment, après un long hiver, la poussée des premières morilles. Son nom scientifique, Nolanea verna , signifie « petite cloche » (Nolanea ) et « du printemps » (verna ). Elle fait partie de la famille des entolomes; Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Phallogastre en chausse

    Le 6 juillet 1996, une semaine après un violent déluge de 100 mm de pluie, j’arpentais un vieux boisé d’érables de la ville de Sherbrooke. J’ai été frappé par une odeur tenace et plutôt désagréable : « Ça pue ici, il doit y avoir un phallus quelque part… » ai-je pensé. J’ai finalement aperçu de petites boules par terre, poussant sur du bois Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Polypore oursin

    Depuis une quinzaine d’années, on cueille à Rawdon un petit champignon qui pousse sur le bois et qui ressemble au premier coup d’oeil à une vesse-de-loup épineuse. Presqu’à tous les ans, durant la fin de semaine mycologique, quelqu’un en déposait sur les tables, sans trop savoir où le placer exactement. À défaut d’une meilleure identification, on le décrivait comme «quelque Continuer à lire...

    En savoir plus

  • La Psalliote fumée

    Les psalliotes sont des champignons qui préfèrent les milieux ouverts aux forêts denses. On les reconnaît par leurs lames libres du pied, la présence d’un voile partiel, leurs lames brunes à maturité et leur sporée brun foncé. Elles sont saprophytes et la majorité d’entre elles sont plus attirées par les sols enrichis que par la litière des bois. Plusieurs espèces Continuer à lire...

    En savoir plus

  • La Russule de Peck

    La Russule de Peck est une des rares espèces du genre qui peut facilement être identifiée sur le terrain. Son chapeau rouge sang et son pied rosé lui donne une beauté particulière. Mais c’est un caractère des lames qui la distingue des autres espèces de coloration semblable: elles sont érodées à l’arête. Ce caractère n’est pas toujours facilement visible à Continuer à lire...

    En savoir plus

  • Le Tricholome de Davis

    Le Tricholome de Davis est une espèce typiquement automnale. Pour le sud du Québec, cela signifie qu’il n’apparaît jamais avant la fin du mois d’août, et qu’il peut produire de nouvelles fructifications environ jusqu’à la mi-octobre. Quoi que non mentionné dans la Flore des champignons au Québec et son supplément, ce tricholome est assez commun dans la région de Montréal Continuer à lire...

    En savoir plus

Haut de la page