Portraits de champignons

Le Cortnaire inopiné (Cortinarius inopinatus Lamoureux nom. prov.)

par Yves Lamoureux

Inopiné, en effet… jugez-en par vous-même : le 16 juin 2002, Jean Després arpentait une forêt dans la région de Chertsey. Il était tombé 10 cm de neige à cet endroit deux semaines auparavant, de quoi faire quelques trouvailles inattendues. À l’orée d’un bois mêlé de bouleaux, de pruches et de sapins, Jean trouve d’abord un beau Gyromitre bien frais. Un peu tardif, celui-là, mais la récente bordée de neige pouvait expliquer sa présence. 

            Mais, surprise, il trouve aussi… un Cortinaire ! Plusieurs exemplaires en fait, et en excellent état. Excité par cette découverte, il les cueille immédiatement pour me les montrer. Après plusieurs vérifications, il semble bien que ce Cortinaire printanier soit une première mention au Canada. Aucune description en Amérique du Nord qui puisse convenir à ce champignon; on lui donne donc un nom provisoire : le Cortinaire inopiné.

            Cette espèce fait partie du groupe des Cortinaires visqueux, à pied terminé par un bulbe plus ou moins marginé, et à lames violacées dans le jeune âge. De taille moyenne, plutôt trapu comme tous ceux de son groupe, il a un chapeau grisâtre violacé au début, qui vire au jaune fauve avec l’âge, tout en conservant une légère teinte violacée à la marge. Le pied est pâle, teinté de jaune ou de violet par endroits. La chair est blanche et devient rosée au contact de la potasse. Ce cortinaire a une légère odeur de pâtisserie rance et goûte nettement amer : une bénévole a comparé son goût à celui des élastiques. 

            En Europe, une seule espèce printanière de Cortinaire bulbeux est connue pour pousser au printemps, Cortinarius inexpectatus. Mais notre Cortinaire inopiné, par son amertume et la couleur de son chapeau, est nécessairement une espèce distincte de son cousin européen. Une autre espèce européenne lui ressemble aussi, C. dibaphus. Par contre, ce dernier n’est pas connu pour aimer le printemps…

            La prochaine fois qu’il neigera en juin, ne vous plaignez pas trop, cela pourrait vous apporter de belles surprises !