Portraits de champignons

Le Bolet à tubes détachés (Boletus separans)

par Yves Lamoureux (janvier 2007)

Au début du mois d’août, c’est le temps des bolets. Ceux et celles qui parcourent les chênaies peuvent y découvrir des champignons peu communs au Québec. Parmi ceux-ci, le Bolet à tubes détachés est une des plus belles espèces.

On le reconnaît à son chapeau lilas ou pourpré au début, ses pores petits et ronds, blancs, puis jaunissant avec l’âge, son pied réticulé, blanc ou concolore au chapeau, et par sa sporée brun-jaune. Le chapeau perd très rapidement sa coloration initiale; il devient brun-jaune à maturité. Une photographie en couleurs est présentée dans Phillips (1991, Mushrooms of North America, p. 230).

Le nom du genre Xanthoconium fait allusion aux «tubes jaunes», qui ne prennent pas de teinte olive (comme les Boletus). Separans signifie «qui se sépare», en faisant allusion aux tubes qui deviennent profondément échancrés avec l’âge.

Le Bolet à tubes détachés ressemble aux espèces du groupe du Cèpe de Bordeaux (Boletus edulis). On pourrait très bien le désigner comme le «Cèpe pourpré des chênaies», car les chênes constituent ses partenaires mycorhiziens favoris. Au Québec, ce bolet ne semble présent que dans la vallée du St-Laurent. On ne l’a jamais récolté dans les Laurentides ni dans les Cantons de l’est. Il croît surtout durant les deux premières semaines du mois d’août.

Ce bolet a ceci de particulier qu’il réagit à l’ammoniaque: les parties pourprées du champignon deviennent vertes au contact de ce produit chimique. Cette réaction peut aider à le distinguer des autres cèpes.

Le Bolet à tubes détachés est un excellent comestible, frais ou après dessiccation, comme toutes les espèces apparentées. Malheureusement, les asticots le trouvent presque toujours avant nous… Selon le chef Philippe Dumont, qui en a «goûté bien d’autres», il s’agit du meilleur de tous les bolets!

Haut de la page