Portraits de champignons

L’Amanite fausse-brunnescens (Amanita pseudobrunnescens Y. Lamoureux nom prov.)

par Yves Lamoureux (janvier 2007)

Il y a quelques années, deux mycophiles dynamiques du club de Québec, Serge Audet et Roland Labbé, portèrent à mon attention une amanite de grande taille qu’ils ne connaissaient pas. Cela eut lieu lors d’un week-end mycologique organisé par le Cercle des mycologues amateurs de Québec, près de St-Gabriel-de-Valcartier. Il s’agissait d’une amanite inconnue que je baptisé plus tars, à titre provisoire, l’Amanite fausse-brunnescens.

Cette amanite, qui peut atteindre 30 cm de hauteur, présente un chapeau identique à celui de l’Amanite brunissante (A. brunnescens), espèce commune avec les bouleaux et divers conifères. Toutefois, l’Amanite fausse-brunnescens possède un pied qui se termine par un petit bulbe arrondi, tandis que le pied de l’Amanite brunissante présente un gros bulbe marginé et habituellement fendu. Chez les deux espèces, le pied est annelé. Il faut donc cueillir les exemplaires correctement, en déterrant délicatement la base du pied, pour parvenir à différencier les deux espèces.

Après que mes amis de Québec m’eurent montré cette belle amanite, je commençai à surveiller, lors de mes sorties, les amanites brunes au cas où je trouverais une «Brunissante qui n’en serait pas une»…

En 1999, alors que je me promenais dans une chênaie près de Rawdon, ce qui devait arriver arriva: j’aperçus de belles et grandes amanites qui ressemblaient à la Brunissante. Comme l’habitat ne convenait pas pour cette espèce (j’étais dans une chênaie), je m’efforçai de récolter un premier exemplaire. Non sans peine, je réussis à déterrer le pied profondément enfoui et je fus récompensé: le pied se terminait par un bulbe arrondi et non marginé. J’avais enfin trouvé l’Amanite fausse-brunnescens. Je pris une trentaine de minutes pour cueillir soigneusement une dizaine d’exemplaires, puis je fis une photographie au labo avant de les herboriser pour l’herbier du Cercle.

Résumons les caractères distinctifs de l’Amanite fausse-brunnescens. Espèce de grande taille, atteignant 15 à 30 cm de hauteur. Chapeau brun, brun grisâtre ou blanchâtre avec des plages brunâtres, nu ou avec quelques flocons blanchâtres ou gris pâle, à marge non sillonnée. Lames blanches. Pied blanc, annelé, terminé par un bulbe arrondi. Voile général blanchâtre ou gris pâle, floconneux, fugace.

L’Amanite brunissante et l’Amanite fausse-brunnescens sont de tels sosies qu’en vous promenant dans la forêt, plus jamais vous ne pourrez apercevoir ce que vous croyez être la commune Amanite brunissante, et simplement dire: «Encore une Brunissante!».

Haut de la page